mercredi 8 février 2017

Juno Racing Cars : « Nous sommes ravis de retrouver le V de V ! »

Jusqu’en juin 2016, Juno Racing Cars, fondé en 1999 par Ewan Baldry – aujourd’hui directeur technique et designer de Ginetta Cars, était réputés pour la construction de prototypes du groupe CN. La société ayant été acquise en 2014 par Ginetta Cars, la production des CN a été arrêtée pour se consacrer à la conception de sa toute première LM P3. Il y a quelques mois, il a cependant été confirmé que Juno Racing évoluait désormais sous la coupe d’un nouveau management qui nous promettait dans ses cartons une nouvelle CN. Nous avons donc rencontré Nuno Magalhães, nouveau propriétaire et PDG de Juno Racing Cars, qui revient avec nous sur l’année écoulée et ses perspectives pour 2017.

English version below

 

Photos courtesy of Juno Racing Cars

 

Comment s’est déroulé 2016 ? Comment êtes-vous parvenus à faire de la marque un constructeur portugais ?

Juno Racing Cars a été totalement restructuré et est désormais basé à Porto, au nord du Portugal. Nous avons décidé de créer de nouveaux locaux, tant pour l’aspect administratif que technique, où nous produirons toute notre gamme. Avec cette nouvelle usine au Portugal, nous avons doublé nos moyens de production et nous employons trois fois plus de personne à temps plein qu’auparavant.  Les départements engineering et logistique ont été optimisés pour répondre à chaque demande de nos clients - développement et évolutions – plus rapidement et de manière plus efficace. Vous pourrez l’observer cette année, et dès l’inauguration de nos nouveaux locaux au mois de mars.

Cette nouveauté s’accompagne d’un retour en V de V !

Et nous en sommes ravis ! C’est un fabuleux championnat que nous avons eu le plaisir de remporter en 2007. A l’époque où Juno possèdait encore sa propre écurie officielle. Nous savons que la série a beaucoup évolué ces dernières saisons, tout come les voitures qui s’y produisent, mais nous sommes impatients de retrouver les grilles de départs, et tout particulièrement depuis la renaissance de Juno en tant qu’entreprise, en juin dernier.

A quoi ressemble cette nouvelle CN ? Pouvez-vous nous en dire plus sur les évolutions apportées à votre prototype ?

Esthétiquement, elle n’est pas très éloignée des modèles vus en piste en 2015. L’aérodynamique a profité de quelques évolutions et la principale différence concerne le splitter avant qui a été renforcé de 43% afin de pouvoir retirer la barre en aluminium et ainsi améliorer les appuis aéro sur le train avant. Nous avons ainsi pu gagner 5 kilos sur la balance. Côté châssis, nous testons actuellement l’usage de plaques de carbone sur notre structure en nid d’abeille. Les essais se déroulent plutôt bien, et nous devrions les mettre en application lors du troisième meeting des V de V Endurance Series. D’autres pièces ont évolué, mais nous devons voir si cela apporte une grosse différence durant les courses.

Quel sera votre programme avec la voiture en 2017 ?

Notre souhait est de participer à quatre meetings pour tester les changements et comparer nos performances par rapport à la concurrence. Nous allons également l’utiliser pour un programme d’essais intensif sur plusieurs circuits européens afin de préparer le package moteur – boîte de vitesses, pour notre châssis carbone, qui devrait être prêt à être livré mi-2018. Nous étudions également la possibilité d’engager une deuxième voiture « usine » pour la dernière manche au Portugal.

Qui la fera rouler ? Y a-t-il eu un intérêt pour la voiture ?

Concernant les pilotes, nous avons décidé de piocher au sein de la famille Juno Racing. Nos agents en Australie et en Nouvelle-Zélande, Alex Kenny et Dean McCarrol, seront en quelque sorte les capitaines et ils feront équipe avec différents pilotes fidèles à Juno, Sarah Reader, Joe Tucker, Gonçalo Araújo et autres. C’est génial de voir que nos clients sont restés fidèles à la marque, et satisfaits de la productivité de notre service client. Et pour répondre à votre question, il y a eu un véritable intérêt de la part de nouveaux et d’anciens clients. C’est encourageant, car nous avons dépensé beaucoup d’argent pour que Juno Racing Cars soit plus fort que jamais.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le projet Formula 1000 ?

 

Je ne peux donner trop de détails, car nous n’avons pas encore présenté officiellement la voiture. Seuls quelques personnes ont pu la découvrir. Ce que je peux dire, c’est qu’il s’agit d’une monoplace développée pour les championnats American et Australian F1000. Pour l’heure, la voiture pèse 320 kilos et développe 220 chevaux grâce à son moteur BMW 1000 cm3 de moto. Elle dispose d’un châssis tubulaire (conforme au règlement) et propose une carrosserie ainsi que des ailerons en fibre de verre / carbone. Elle profite également d’excellents équipements, tels les amortisseurs Ohlins, le paddle shift, des acquisitions de données et des freins Alcon à quatre pistons. Nous affinons les derniers détails et nous devrions la présenter au public au mois d’avril. Si tout va bien, la voiture de l’équipe usine F1000 devrait être présente à Portimão, pilotée par Luciano Carvalho. 

 

 

ENGLISH: Juno Racing Cars, "We're thrilled to be back in V de V!"

 

News Juno 2 08/02_0001

Up until June last year, Juno Racing Cars was known as a British Group CN sportscar constructor, founded all the way back in 1999 by Ewan Baldry - who today works as Ginetta Cars’ Technical Director and Designer. After being acquired by Ginetta Cars in 2014, the production of CN cars came to a halt as the two companies worked together to build the first LMP3 car. However several months ago, it was confirmed that Juno Racing Cars was running under new management and that the constructor would be soon releasing a brand new CN car. We met up with Nuno Magalhães, new owner and CEO of Juno Racing Cars, who took us through his past year’s work and his plans for 2017.

How has the past year been for your team? How did you go about transforming the brand into a Portuguese constructor?

Juno Racing Cars went through a complete rebranding and restructure and it is now based in Northern Portugal, in Porto.

We decided to build brand new facilities that work as both the headquarters and factory, producing all the cars in the Juno range.  With the new factory in Portugal, we now have double the production capability and we employ 3 times more full time staff than before.

We have dedicated engineering and logistics departments that ensure our costumer service is at its best, and that we develop new cars and upgrades, faster and more efficiently than before.

A lot is going to be presented by Juno Racing Cars this year, but I’m pretty sure that one of the high points will be the inauguration of our new factory in March.

 

Are you happy to be back in V de V?

We are very happy to be back in the V de V! It is an amazing Championship that we had the pleasure to win back in 2007. This was back in the day when Juno used to have a factory team.

We know the championship has evolved a lot in the last few years, as well as the cars that compete in it, but we are thrilled to be on the grid again, specially after all the new changes that Juno, as a company, has gone through since June last year.

 

How is the car looking? Can you tell us (broadly) any updates the car has received?

Regarding overall looks, the car is essentially the same as the one that was seen on the tracks in 2015. The aerodynamics were slightly upgraded and the main difference is on the front splitter which was reinforced by 43% to enable the removal of the aluminium stay bars and to cope with the increase in front aerodynamic forces.  We also managed to save 5 kg with these changes.

In terms of the chassis, we are testing the usage of carbon plates on our honeycomb, and the tests are going extremely well. We should be testing them at the 3rd round of the V de V Endurance Series this year.

A few other bits and pieces were upgraded, but I guess we will have to wait and see if they will make a difference in the races or not!

 

What are your plans for the car this year?

Our plans for this year are to do only 4 races to test the new changes on the car and compare our pace with the competition.

We will also be using this car for extensive testing at other circuits in Europe to prepare the engine and gearbox package for our new carbon car that should be available to purchase in the middle of 2018.

We are considering the possibility of fielding a second factory car for the last Portuguese round but for now this is just a thought.

 

Who will be running the cars? Has there been much interest in the cars?

In terms of drivers, we decided to look inside the Juno Racing Cars family to choose the drivers. Our Juno Agents for Australia and New Zealand, Alex Kenny and Dean McCarrol will be the main drivers and they will team up in different rounds with drivers known to the Juno panorama like Sarah Reader, Joe Tucker, Gonçalo Araújo and others.

It’s good to see that most of the Juno customers have remained loyal to the brand, and happy with the performance and customer service of our cars and brand.

We have had a lot of interest in the cars from both old and new customers, which is very good to see, as we are investing a lot of time and money to make Juno Racing Cars better than ever.

 

Can you tell us about the Formula 1000 project?

I don’t want to go into too much detail about the F1000 project as we haven’t really presented the car officially. All people have seen so far is a render of how the car looks.

What I can tell you is that it is a single seater that we developed and built for the American and Australian F1000 championship. At the moment the car weights 320kg and has 220BHP powered by a BMW 1000cc bike engine. It has a tubular spaceframe chassis (according to the regulations) and it uses carbon/glass fibre bodywork and wings coupled to high quality components like bespoke Ohlins dampers, paddle shift, complete data logging, 4 piston Alcon brakes, etc.

We are now focused on fulfilling the orders that we already have for the F1000 and we should be officially presenting the car to the public in April.

 

If all goes as planned, the factory team F1000, should be racing in the round at Portimão, driven by Luciano Carvalho.

 

Photos courtesy of Juno Racing Cars

Newsletter