samedi 7 octobre 2017

Jour 2 : Le soleil brille sur les courses de Magny-Cours

Le ciel est toujours aussi lumineux dans la Nièvre, où les concurrents des V de V Endurance Series entrent dans le vif du sujet de la course, et où sont connus, en Challenge Funyo, les premiers lauréats de cette saison 2017.

6 Heures Endurance Proto V de V : Vilarino, Ferté et Illiano voient triple

 

Au terme d’une sixième manche marquée par un véritable sans faute, la Norma M20 FC n°2 TFT d’Ander Vilarino, Alain Ferté et Philippe Illiano retrouve la plus haute marche du podium. Un troisième succès en 2017 pour les champions en titre, leaders du classement, mais également le troisième consécutif à Magny-Cours après les victoires obtenues en 2015 – lorsque l’Espagnol était venu en renfort - et 2016.

 

Comme le trio le confie à l’arrivée, « il suffisait de rouler au milieu ». En respectant les trajectoires qui font la performance, bien sûr, mais par ses mots, il souligne la nécessité d’épargner une mécanique mise à mal par de nombreux passages prononcés sur les vibreurs et qui annihilèrent les chances de plusieurs concurrents. C’est ainsi que les équipages qui n’ont pas rencontré de soucis terminent bien classés. A l’image de la Norma n°22 DB Autosport des prétendants au titre que sont Delafosse / Vaucher / Accary et la Norma n°6 TFT de Bazaud / Caillon / Thirion qui accompagnent les vainqueurs sur le podium, ces derniers par ailleurs lauréats du classement Prestige.

 

Cette catégorie fit l’objet d’une sérieuse confrontation et l’on retrouve en seconde position la Norma n°40 Equipe Palmyr de Mondolot / Zollinger / Vaglio-Giors, et en troisième la Norma n°41 de leurs équipiers Croullet / Rosati. Privés de podium, les pilotes de la Norma n°5 TFT, Cimadomo / Rihon / Philipps, n’en ont pas moins été les auteurs d’une superbe course, et l’on retrouve ensuite les autos qui n’ont pas été épargnés, qui par la mécanique, qui par des pénalités. On pense notamment à la Norma n°11 ASP Racing, nouvelle venue en V de V avec Jouvent / Cauvin / Metz et qui anima la première heure en pointant au sommet du classement, la Norma n°8 TFT de Capillaire / Creed / Melnikov ou les Norma n°67 et 10 Lamo Racing Car de R. et G. Striebig / Raffin et Lafourcade / Fritsche / Bucher.

 

Parmi les malheureux de ce meeting nivernais, citons enfin la Norma n°14 CD Sport de Bole Besançon / Scheier / Foubert, empoisonnée par des problèmes techniques, la Norma n°21 DB Autosport de Bassora / Monclair / Schatz, victime d’un accrochage ou encore la Norma n°66 RC Formula de Richard / Sauvin / Taittinger. Cette dernière à qui V de V Sports souhaite un prompt rétablissement après avoir été victime d’un gros choc.

 

4 Heures Endurance GT/Tourisme/LMP/PFV V de V

 

LMP / PFV : Le tiercé de tête des qualifications regroupé en 7/100e !

 

Dire que la séance qualificative fut serrée est un doux euphémisme. Le trio de tête est en effet regroupé en 0’’077, très exactement, l’avantage revenant à une Norma M30, flanquée du n°20 et engagée par DB Autosport qui s’offre une troisième pole position en 2017 grâce à son équipage Foubert / Wolff / Maulini. Les trois hommes – et le constructeur du prototype - ont ainsi le dernier mot face à la Ligier JS P3 n°7 Wintec Racing, très en verve ce week-end aux mains de Denis / Héry / Clairay et qui échoue à 0’’053 du sommet de la hiérarchie. Duqueine Engineering place ensuite la Norma n°9 de Légeret / Panciatici en troisième position, devant la n°8 du team, confiée à Borga / Enqvist. Les deux pilotes qui ne rendent que 0’’585 à la pole. Inter Europol Competition complète ensuite le Top-5 avec la Ligier n°22 de Smiechowski / Still, devant la Ligier n°93 N’Race de Fontaine / Perroy / Decultot et la Ligier n°39 Graff de Trouillet / Gauvin / Deguffroy. Au tableau du PFV, signalons le meilleur chrono de la Renault R.S. 01 Trophy n°16 DEMJ de Sarrailh / Mugelli / Crapiz.

 

GT / Tourisme : Les SF TC17 V8 Charriol font la loi

 

A l’image du scénario observé en essais libres, la nouvelle voiture développée par Solution F, engagée dans la catégorie S1, confirme qu’il s’agit d’une auto bien née. Elle parvient en effet à devancer les GTV1, la SF TC17 V8 Charriol n°96 de Charriol / Faure / J. Cochet précédant la n°99 de Zacchia / Pourquie. Dans le clan des GT, ensuite, l’avantage revient à la Lamborghini Huracan GT3 n°46 AB Sport de Teneketzian / De Narda, devant la Ferrari 458 GT3 n°44 CMR  de Mouez / Loger / Reymond, la Renault R.S. 01 n°11 V de V / AB Sport Auto de  Van de Vyver / Thybaud et la Ferrari 488 GT3 n°1 Visiom de Pagny / Perrier / Bouvet.

 

Challenge Endurance VHC V de V : Dans la famille Lafargue…

 

Je voudrais d’abord le fils, Paul. Auteur du meilleur chrono de la séance qualificative réservé aux véhicules historique, Lafargue Jr partira en pole position de la première course à bord de la Lola T298 n°18 Chateaux Sport Auto. Au volant de la voiture sœur qui porte, elle, le numéro 17, son père Patrice s’élancera à ses côtés, et en position de pointe de la seconde manche grâce à son deuxième meilleur temps. On signalera en tout cas également les bonnes performances de Marc Alloend-Bessand et de la Elva MK8 n°4 Meca Moteur, mais aussi de la De Tomaso Pantera n°74 RC Formula du duo Pedraza / Capillaire, première GT, ou de la deuxième Elva MK8 n°3 Meca Moteur de Yann Le Calvez. Deux Ford GT40 se sont par ailleurs tirées la bourre, la n°58 Crubilé Sport de De Caumont / Crubilé prenant l’avantage sur la n°2 A.R.A. Engineering d’Alain Bazard, tous deux devant la Porsche 911 3.0 RSR de Bernard Moreau. Du côté de la Ferdinand Cup, enfin, la Porsche 944 S2 n°1 de Enout / Simon prend la mesure de la Porsche 3.0 RS de Laga / Dro et de la Porsche 944 S2 de Boidron / Noiret.

 

Challenge Funyo V de V – Course 2 : Quelet de bout en bout

 

Placé en pole position de la deuxième course et dans la foulée de sa victoire de la veille, Jean Quelet (AGR Bleu Mercure) conserve ses espoirs de titre en menant un cavalier seul en tête du peloton. Il emmène un triplé de l’écurie bretonne, complété par les deuxièmes et troisièmes places respectives de Patrick Seille et Cédric Gardin. Nicolas Cannard (HMC Racing), le leader, conclut quant à lui au pied du podium sa remontée depuis la 24e place de départ. Le Top-5 est complété par Guillaume Veyrat (AGR Bleu Mercure), aux portes duquel frappent Frédéric Fauchère (Wintec) et Cyril Barbey (HMC Racing). En F5, si la pole était entre les mains d’Alexandre Barbiat (Fun’driver), la victoire revient à Renaud Malinconi (Total Cloud), auteur lui aussi d’une superbe remontée. Il est accompagné sur le podium par le poleman, ainsi que Yann Burguet (Sprint Motorsport), le quatrième homme sur la grille.

 

Challenge Funyo V de V – Course 3 : Seille ouvre son palmarès

 

Cette troisième manche du week-end, décisive pour l’attribution du titre, est âprement disputée et le dominateur n’est finalement pas le vainqueur. Cet honneur revient en effet à Patrick Seille, auteur de son premier succès en SP05, qui devance ses équipiers Cédric Gardin et Jean Quelet, justement l’homme dominateur fort marri de rencontrer des soucis techniques au plus mauvais moment dans la course au titre. Son rival Nicolas Cannard est pourtant lui aussi victime de sa mécanique, mais c’est bien lui qui coiffe la couronne de champion 2017, qui s’ajoute à celle décrochée en 2012, déjà avec HMC Racing. Dans le clan des F5 la situation était moins certaine, et Marc Antoine Dannielou (Défi Auto Solidaires en Peloton) confirme son titre en dominant ses adversaires, s’invitant sur la plus haute marche d’un podium sur lequel figure les trois premiers au championnat. Il devance en effet Renaud Malinconi et Alexandre Barbiat qui confirment pour leur part leur superbe saison, marquée pour aux aussi par de nombreuses victoires et podiums.

 

Challenge Monoplace V de V – Course 1 : Hörr ne lâche rien…

 

Après avoir laissé filer de gros points à Jarama, Laurents Hörr (Dütt Motorsport) a à cœur de se refaire une grosse moisson. Auteur de la pole position, il parvient ainsi à transformer l’essai, remportant la victoire devant le jeune Pierre-Alexandre Jean (RC Formula), auteur d’un superbe départ mais qui ne parvient pas à résister aux attaques de l’Allemand. Moritz Müller-Crepon (Heuri Rennwagen), troisième au classement, continue avec ce résultat à marquer à la culotte du vainqueur, tandis que Gilles Hériau (Formula Motorsport), le leader au classement, ne prend pas de risque, disposant d’une confortable avance au championnat, et se contente de la 4e place. Diego Bertonelli (TS Corse) complète ensuite le Top-5, tandis qu’en Gentleman, « Lebreton » (Formula Motorsport) confirme sa performance des qualifications en devançant Pietro Peccenini (TS Corse), et Grégory Choukroun (Lamo Racing Car) les accompagne sur le podium.

 

Challenge Monoplace V de V – Course 2 : Müller-Crepon non plus !

Moritz Müller-Crepon n’en demandait pas tant, mais lorsque la réussite se présente à soi, il faut la saisir. Placé en pole, Laurents Hörr se montre en effet moins prompt à l’extinction des feux et se fait déborder par Pierre-Alexandre Jean. Mais en tentant de reprendre l’avantage à l’épingle d’Adélaïde, l’Allemand percute le Français de RC Formula, engendrant une casse de son aileron, et l’obligation pour le malheureux Jean de repartir en fond de peloton. Müller-Crepon hérite ainsi des commandes, et mène un cavalier seul vers la victoire, devant Diego Bertonelli et Gilles Hériau. Erwin Creed (Formula Motorsport) termine aux portes du Top-3 devant Alexis Carmes (Lamo Racing Car) et « Lebreton » qui réitère sa victoire en Gentleman devant Pietro Peccenini. Une nouvelle fois, Grégory Choukroun complète le tiercé de tête.

Newsletter