samedi 2 septembre 2017

Jarama - Jour 2 : Suspense à la sauce espagnole

L’indécision fut la plus totale dans les derniers tours des 4 Heures Endurance GT/Tourisme/LMP/PFV, disputées sous un ciel radieux qui ajouta au challenge relevé par les pilotes sur le circuit de Jarama. Ce suspense valut également lors des premières courses de Sprint CN et de Single Seater, mais également en qualifications du Challenge Européen Endurance Proto.

4 Heures Endurance GT/Tourisme/LMP/PFV V de V

LMP / PFV : Inter Europol Competition voit double

Outsider en essais libres, puis en qualifications, pendant lesquels les Norma M30 Duqueine Engineering et DB Autosport se montrèrent souveraines, Inter Europol Competition retourne la situation en sa faveur en course, réalisant le doublé comme elle le fit lors du second meeting à Portimao. Encore une fois, le succès revient à la Ligier JS P3 n°22 de Smiechowski / Still qui l’emporte devant la Ligier n°33 de Scheuschner / Ledermair / Elkmann.

Si la victoire de la n°22 ne souffre d’aucune contestation, dès lors qu’elle prit les commandes, l’équipage de la n°33 dut cravacher pour aller chercher cette deuxième marche du podium puisqu’elle n’occupait que la 4e place à un quart d’heure de l’arrivée. A cet instant, en effet, elle se défait d’abord de la Ligier n°39 Graff de Trouillet / Gauvin / Deguffroy, avant de porter l’estocade sur la Norma n°20 DB Autosport de Foubert / Wolff / Maulini. Quelques kilomètres plus tard, c’est au tour de la n°39 de s’attaquer à la n°20. La manœuvre est réussie, et c’est ainsi que le Graff accueille un quatrième podium en cinq courses. N’Race complète ensuite le Top-5 grâce à un parcours sans faute de Fontaine / Decultot / Perroy qui résiste au retour des Norma M30 Duqueine Engineering. En premier lieu de la n°8 de Borga / Enqvist, mais surtout de la n°9 de Legeret / Panciatici, retardée dès le début de course à cause d’un accrochage qui entraîna un changement de capot, et qui signa le meilleur tour en course. Signalons, enfin, la victoire de la Ligier n°7 Wintec de Denis / Héry / Boulain en catégorie Prestige.

GT / Tourisme : Visiom au rendez-vous de la rentrée

Souveraine à Dijon avant les vacances, la Ferrari 488 GT3 n°1 Visiom l’est toujours pour la rentrée. Quel suspense, toutefois, pour le trio Pagny / Perrier / Bouvet qui semblait s’envoler vers la victoire durant la dernière heure, avant d’être victime d’une crevaison qui le relégua en deuxième position ! La victoire n’en est donc que plus belle, agrémentée d’un nouveau leadership au championnat, au détriment de la Ferrari 458 GT3 n°44 CMR de Loger / Mouez / Reymond qui peut tout de même se satisfaire de terminer une nouvelle fois sur la deuxième marche du podium, de rester au contact au classement général provisoire, avec en prime la victoire en Prestige. Associé à bord de la Renault R.S.01 n°11 V de V / AB Sport Auto, le duo Van de Vyver / Thybaud se hisse sur la troisième marche d’un podium qui semblait promis à la Lamborghini Huracan GT3 n°46 de Teneketzian / De Narda avant son abandon. La SF17 V8 Charriol n°96 Solution F de Charriol / Ollivier / Pourquie, enfin, l’emporte en S1, tandis que la Ginetta n°30 CMR de Driot / S. et F. Quesada s’impose en GTV4. 

4 Heures Endurance Proto V de V : la pole aux leaders

Premier au classement général provisoire depuis le coup d’envoi à Barcelone, l’équipage Vilarino / Ferté / Illiano, réuni à bord de la Norma M20 FC n°2 TFT, s’adjuge la pole position pour 0’’065 face à la Norma n°22 DB Autosport de Delafosse / Vaucher / Accary. Les écarts se révèlent d’ailleurs extrêmement serrés, et la diversité est de mise, puisque l’on recense au 3e rang la Norma n°14 CD Sport de Bole Besançon / Scheier / Taittinger à 0’’126, et au 4e la Norma n°66 RC Formula de Richard / Papin / Pedraza, première au classement Prestige. DB Autosport complète ensuite le Top-5 avec la Norma n°21 de Bassora / Monclair / Schatz, devant TFT et la n°8 de Capillaire / Creed / Melnikov. Suivent les Norma n°31 CD Sport de Cochet / Kirchdoerffer / Faure, n°6 TFT de Bazaud / Thirion / Caillon, la n°42 Equipe Palmyr de Kubryk / Faggionato / Weil et la n°40 Equipe Palmyr de Mondolot / Zollinger / Segers, toutes engagées en Prestige.

Sprint CN – Course 1 : Cannard, et de 1…

Auteur de la pole position, Nicolas Cannard (HMC Racing) ne tremble pas à l’extinction des feux. Derrière, son second Jean Quelet (AGR Bleu Mercure) le suit comme son ombre, mais il est poussé en tête à queue dans le premier virage par Christophe Girardot. Reparti autour de la 20e place, il cravache et conclut se remontée en 10e position d’une course arrêtée avant terme en raison de la sortie de piste de Philippe Bonnel. La victoire revient ainsi à Cannard qui, sorti large de la première courbe, venait de céder son leadership à Cyril Barbey (HMC Racing). Mais comme le classement est figé au tour précédent, il s’impose devant Barbey et Guillaume Veyrat (AGR Bleu Mercure), victime hier de soucis techniques, tandis que Cédric Gardin (AGR Bleu Mercure) et Christophe Peltier (Peltier Racing Team) complètent le Top-5, ce dernier avec la victoire en B. Dans le clan des F5, Marc-Antoine Dannielou (Défi Autos Solidaires en Peloton) s’impose devant Renaud Malinconi (Total Cloud) et Jonathan Dessens (AGR Rouge Mercure).

Sprint CN – Course 2 : Cannard, et de 2 !

Que d’action durant cette deuxième confrontation, disputée en fin d’après-midi ! En raison d’un accrochage au départ qui provoque la perte de Dekel Naar (Lamo Racing Car), le Safety Car est déployé d’entrée. Il l’est une nouvelle fois à la relance en raison d’une sortie de piste dans le premier virage, et rebelote ensuite pour une faute au même endroit. A la fin, la victoire échoue ainsi pour la huitième fois consécutive entre les mains du poleman Nicolas Cannard, devant Cyril Barbey et Guillaume Veyrat. Suivent Aurélien Robineau (AGR Bleu Mercure), vainqueur au classement B, et Jean Quelet, bien revenu de sa 10e place de départ. Au tableau des F5, enfin, Renaud Malinconi franchit en vainqueur la ligne d’arrivée, mais il est déclassé, ouvrant la voie de la plus haute marche du podium à Alexandre Barbiat (Fun’Driver), accompagné de Jonathan Dessens et Marc-Antoine Dannielou.

Single Seater – Course 1 : Müller-Crepon sur sa lancée dijonaise

Un premier succès vous donne souvent un nouvel élan et le Suisse Moritz Müller-Crepon (Heuri Rennwagen) le confirme en transformant sa pole position en une deuxième victoire cette saison. Auteur d’un cavalier seul en tête, il est un temps menacé par Laurents Hörr (Dütt Motorsport) qui finit par partir à la faute. Diego Bertonelli (TS Corse), en embuscade, en profite alors pour se hisser sur la deuxième marche du podium devant Gilles Hériau (Formula Motorsport) qui en profite lui pour réaliser une bonne opération au championnat. Erwin Creed (Formula Motorsport) conclut aux portes du Top-3, devant le jeune débutant Pierre-Alexandre Jean (RC Formula) et Hörr, venu à bout d’Alexis Carmes (Lamo Racing Car). En Gentleman, Pietro Peccenini (TS Corse) se montre impérial, devançant les duettistes de Formula Motorsport, « Lebreton » et Nicolas Pironneau, tandis que François Destandau (Lamo Racing Car) l’emporte en championnat B.

Single Seater – Course 2 : Müller-Crepon confirme

On prend les mêmes et on recommence, avec un Top-5 identique à la première manche, mais pour s’imposer, Moritz Müller-Crepon doit s’employer pour prendre le meilleur sur Diego Bertonelli à l’extinction des feux. Le Suisse triomphe ainsi devant l’Italien, puis les Français Gilles Hériau, Erwin Creed et Pierre-Alexandre Jean. C’est en revanche au niveau des Gentlemen que le classement diffère, puisque Nicolas Pironneau confirme son bon retour en V de V en décrochant son premier succès devant les éternels rivaux, Pietro Peccenini et « Lebreton ». François Destandau, enfin, fait de nouveau sien le championnat B.

Newsletter